top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurElise Rayé

Comment soulager les tensions de la mâchoire et le bruxisme, avec Elise Rayé, ostéopathe à Strasbourg

Dernière mise à jour : il y a 17 heures


Vous souffrez de bruxisme, de tensions à la mâchoire, de douleurs autour des tempes et de l'oreille, de douleurs cervicales, en particulier au réveil et de manière bilatérale?


Cela peut être dû à un contact dentaire trop fréquent. L'ostéopathie peut vous aider.


Je suis ostéopathe, formée Ostéovox, thérapie manuelle et rééducation sensori-motrice. J'utilise des techniques douces et adaptées pour vous aider à détendre votre mâchoire de manière durable.



C'est quoi le bruxisme?


De manière naturelle, les dents de la mâchoire inférieure et de la mandibule entrent en contact entre 30 à 45 minutes à par jour. Le reste du temps les dents ne sont pas en contact et il existe un espace entre les dents du haut et du bas : c'est l'espace libre d'inocclusion, qui mesure entre deux et trois mm.


La position de repos de la mâchoire en dehors des temps de déglutition et de mastication correspond à une activité minimale des muscles de la face et à l'absence de contact interdentaire.


La langue est mobile et s'adapte à la position de la tête. Elle n'est pas fixe ni au palais ni en bas.


Le bruxisme, c'est quand cet espace de liberté entre les dents n'existe plus. On estime l'incidence du bruxisme dans la population générale entre environ 20

et 30 % (cf Lavigne GJ, Montplaisir JY. Bruxism: Epidemio-logy, diagnosis, pathophysiology and pharma-cology. In: Fricton JR, Dubner RR, eds. Orofacial

pain and temporomandibular disorders: Advances in pain research and therapy. New

York Raven Press 1995;387-404; ou Manfredini D, Winocur E, Guarda-Nardini L,Paesani D, Lobbezoo F. Epidemiology of bru-xism in adults: A systematic review of litterature. J Orofac Pain 2013;27:99-110.).


On parle alors de dysfonction de l'appareil manducateur (avant on parlait de SADAM pour syndrome algo dysfonctionnel des articulations temporo mandibulaires).


Le bruxisme peut entraîner des douleurs musculo squelettiques (cervicalgies, douleurs des trapèzes en particulier au réveil), des douleurs de la face et des céphalées (céphalées de tension), des douleurs de l'ATM liées à l'inflammation, de l'usure de l'émail dentaire puis de la dentine, de l'hypersensibilité dentaire au chaud et au froid et, dans les cas les plus évolués, de l'arthrose prématurée, des fractures dentaires.



Les différents types de bruxisme


Le bruxisme est soit :

  • centré (contact dentaire sans grincement ni claquement, parfois appelé clunshing)

  • excentré (grincement ou claquement) : le plus souvent nocturne. Il s'agit d'une activité motrice répétitive et involontaire des muscles manducateurs.*


On peut aussi observer une augmentation du tonus musculaire (hypertonie) de la mâchoire sans contact dentaire (bracing) : poussées vers l'avant de la mandibule, contractions du muscles masseter, tensions du muscle de la langue ou des lèvres (troubles de la déglutition, de difficulté à déglutir, le fait de se mordiller constamment les lèvres ou l'intérieur des joues). La présence d'un fil de contention dentaire, d'une gouttière d'alignement, d'un piercing dans la bouche peuvent aussi créer une hypertonie.



Le bruxisme chez l'enfant participe à la croissance de la face
Si votre enfant bruxe et que c'est temporaire, c'est normal

La plupart du temps le bruxisme excentré est normal ou temporaire chez l'enfant et participe à la croissance osseuse des maxillaires et dentaire et à l'apprentissage de la mastication.


Le bruxisme nocturne apparaît surtout dans les deux premières phases de l'endormissement (endormissement et sommeil léger) et serait lié à une forte activation du système nerveux sympathique (celui qui accélère le cœur).


La sérotonine (hormone associée à l'état de bonheur et antagoniste de la dopamine) et la dopamine(hormone impliquée dans les mécanismes du plaisir, du désir, de l'activité, du mouvement) participent à la régulation des rythmes de veille et de sommeil.

L'équilibre entre la production de sérotonine et de dopamine pourrait jouer un rôle dans la régulation des mouvements pendant le sommeil.


Le bruxisme est favorisé par certaines maladies neurologiques, la surconsommation de psychostimulants (café, tabac, alcool, énergisant) par certaines drogues (amphétamines, ecstasy, cocaïne), certains médicaments (antidépresseurs, neuroleptiques) : on parle alors de bruxisme secondaire.


Le stress et le bruxisme durant la journée favoriserait le bruxisme nocturne.


Le bruxisme d'éveil peut être lié au stress, à la recherche de stabilité et d'alignement de la mâchoire (recherche d'une position plus stable), à une forte concentration intellectuelle. Il est souvent décrit comme une soupape de décompression qui permettrait de supporter le stress de la vie quotidienne.


Souvent associé au syndrome d'apnée du sommeil ainsi qu'au reflux gastro œsophagien.


Le bruxisme dans le cas du syndrome d'apnée du sommeil permet de stabiliser la mâchoire.


Dans le cas de reflux gastro œsophagien (brûlures gastriques), le bruxisme aurait un rôle protecteur : la salivation induite par la mastication permet de diminuer l'acidité de l'estomac.


Les conséquences du bruxisme


  • usure prématurées des dents,

  • douleurs musculo squelettiques, en particulier au niveau des tempes et autour de l'oreille, douleur de la face antérieure du cou, cervicalgies, céphalées de tension, douleur des trapèzes, en particulier au réveil et de manière bilatérale

  • douleur de l'articulation de la mâchoire, en particulier au réveil

  • hypersensibilité dentaire au chaud et au froid


La mâchoire est sans cesse mobilisée au cours de la journée et soumise au stress


Elle intervient dans la mastication, la phonation, la déglutition, la respiration et le bâillement.


La mâchoire joue un rôle important dans le système de l'engagement social : grâce à la mâchoire et à tous les muscles du visage, nous pouvons entrer en relation et communiquer avec notre environnement. Toutes les fonctions du visage sont dirigées par notre système nerveux autonome et en particulier par le nerf vague et ses ramifications.

Il est courant d'entendre que les émotions d'une personne peuvent se lire sur son visage. Notre visage et en particulier notre mâchoire sont le reflet de l'état de notre système nerveux autonome et de notre niveau de stress.



La mâchoire reflète l'état de notre système nerveux
Notre mâchoire est tout le temps sollicitée

La mâchoire est composée de deux os, le maxillaire supérieur et le maxillaire inférieur (ou mandibule) formant ensemble l'articulation temporo mandibulaire (ATM) située juste devant le tragus de l'oreille (le cartilage en avant du conduit auditif externe). Cette articulation est composée d'un ménisque qui glisse vers l'avant lors de l'ouverture de la bouche.


Plusieurs muscles interviennent lors des mouvements de la mâchoire.

Le muscle masseter est un des muscles les plus puissant de l'organisme : il permet de mastiquer et d'amener la mâchoire vers l'avant.

Le muscle ptérygoïdien médial amène la mâchoire vers l'intérieur alors que le muscle ptérygoïdien latéral amène la mâchoire vers l'avant

La mâchoire réalise aussi des mouvements sur les côtés (mouvements de diduction) pour mastiquer.

C'est le muscle ptérigoïdien latéral qui fait glisser le ménisque vers l'avant lors de l'ouverture de bouche.

Le ménisque de l'ATM reçoit des fibres du muscle temporal (autour de l'oreille), du muscle masseter et du muscle ptérigoïdien latéral.


La mâchoire est le témoin de nos émotions et du positionnement de notre corps dans l'espace (rôle dans la proprioception et le maintien de notre posture).



Le bruxisme nécessite une approche multi disciplinaire


La prise de conscience des tensions musculaires et du stress est un préalable pour diminuer le bruxisme diurne et les douleurs.


Le bruxisme nocturne est incontrôlable. Il s'agit surtout de protéger vos dents.


La prise en charge du bruxisme fait appel à différents professionnels de la santé :


  • thérapie manuelle avec un ostéopathe ou un kinésithérapeute, de préférence formé ostéovox

  • prise en charge chez un ou une dentiste ou en orthodontie pour la pose d'une gouttière sur mesure pour protéger les dents (gouttière de protection dite de libération occlusale ou gouttière de stabilisation dite de reconditionnement dentaire)

  • soin des parondontites et des inflammations de la gencive

  • prise en charge en orthophonie pour la rééducation des troubles de la déglutition : déglutition primaire ou immature, parafonctions de la langue ou des lèvres (les parafonctions sont des mouvements répétés des muscles du visage, comme se mordiller l'intérieur des joues ou les lèvres)

  • prise en charge en psychologie en cas de stress, d'anxiété, de choc émotionnel : identification des facteurs de stress, mise en place de stratégies pour apprivoiser le stress, modifications des croyances liées au stress (Thérapies Cognitives et Comportementales, Thérapie d'acceptation et d'engagement dite ACT)

  • TENS (dispositif mobile de stimulation nerveuse électrique transcutanée, permet de soulager des douleurs telles que celles liées au bruxisme, à l'endométriose, etc)

  • biofeedback (bio rétroaction biologique, ensemble de techniques utilisant des dispositifs électroniques de mesure pour modifier certains comportements)

  • injection de toxine botulique

  • traitement du reflux gastro œsophagien, polysomnographie et prise en charge du syndrome d'apnée du sommeil


Limiter votre bruxisme en améliorant votre hygiène de vie


  • proscrire le chewing gum

  • favoriser une alimentation saine

  • bouger, maintenir une activité physique régulière et source de plaisir

  • prendre soin de son sommeil



La prise en charge du bruxisme est plurielle
Des stratégies de contrôle du stress permettent de limiter le bruxisme

Soulager les tensions de la mâchoire en ostéopathie à Strasbourg


Comme d'autres ostéopathes en France formés au traitement des troubles de la mâchoire, je me suis spécialisée aussi dans le traitement de l'articulation temporo-mandibulaire.


J'utilise des techniques sensori motrices qui s'adressent au nerf trijumeau (nerf qui innerve une partie des muscles de la face et a des fibres en commun avec le nerf vague).


Il s'agit de donner une info neuro musculaire et proprioceptive à destinations des faisceaux neuro musculaires par des mouvements très fins associés à des temps de repos ou temps d'intégration.


Cela permet de normaliser les dystonies (trop ou pas assez de tonus de certains muscles) en diminuant le tonus de base.


Les techniques que j'utilise sont très douces et les exercices que je propose sont à réaliser très lentement.


Si besoin, nous utiliseront des techniques d'éveil corporel : ancrage, redressement, respiration.


La séance se termine par des conseils et l'apprentissage de micro mouvements vous permettant de poursuivre l'intégration et la détente chez vous.


L'apprentissage de nouvelles habitudes est long, nécessite de la patience et de la répétition. Si vous ne faites rien chez vous, la prise en charge risque d'être très longue.


Pour renforcer les apprentissages : l'application mobile bruxapp, une montre connectée, des gommettes colorées ou des stickers pour se rappeler de mobiliser doucement les muscles du visage, respirer une odeur relaxante (par exemple lavande) juste avant de faire les exercices pour créer des associations, fidgets ou balle en mousse que l'on écrase pour gérer le stress par le mouvement.




Sources


Hélène Bui. Thérapeutiques du bruxisme : une approche pluridisciplinaire. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨hal-03297994⟩











21 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page